Il faut voir certains quartiers de la Ville assaillis par les trottinettes, rollers, piétons, vélos, poussettes et landaus. C’est un régal sans égal, un bonheur sans torpeur, une aspiration de vie si forte qui s’y transporte...

Mais d’aucuns ont vu des choses presqu’aussi horribles qu’une guerre pour le pétrole : des vélos dans les tunnels de la petite ceinture, des individus qui ne s’arrêtaient pas aux feux rouges et même des vélos roulant sur des trottoirs ou remontant la rue de la Loi à contresens. Tout ça est bien entendu pourtant strictement interdit, le-code-reste-d-application.

Et de se frapper la poitrine contre cet inciv*+% ?$ [1] caractérisé, contre ces inconscients tellement dangereux [2], contre ces pratiques qui nuisent-tant-à-l-image-des-cyclistes...

Franchement, soyons sérieux : ce jour-là, c’est une journée sans voitures, et de fait il en roule très peu. Or, tout le réseau routier de la Ville est orienté fluidité de la circulation motorisée. Et le saint code, à 96% [3], il sert à organiser l’impossible cohabitation entre les gens et les bêtes à moteur. Faut-il vraiment que l’on sermonne les quelques mécréants qui ne respectent pas le code-bible le seul jour de l’année ou l’on est à peu près débarrassés du fléau que ce texte cherche à régenter ??

Si vraiment c’est important, je me permets une suggestion : l’arrêté de police qui réglemente ce jour-là devrait préciser que la Région est placée pour la journée sous statut de zone résidentielle.

D’après ce que je lis sur le site de l’Union des Villes et Communes de Wallonie, cela devrait être adéquat :

- les piétons peuvent utiliser toute la largeur de la voie publique ;
- les jeux y sont autorisés
- les conducteurs ne peuvent mettre en danger les piétons ni les gêner ; au besoin ils doivent s’arrêter
- ils doivent redoubler de prudence en présence d’enfants
- les piétons ne peuvent entraver la circulation sans raison
- vitesse maximale autorisée : 20 km/h
- les piétons jouissent de la priorité par rapport aux véhicules, même s’ils ne peuvent pas empêcher un véhicule de passer ; les jeux d’enfants sont permis sur la voie publique
- ...

Tout ça me paraît très bien et aurait l’avantage de mettre un terme à ce débat stérile (et qui fleure bon le réac ?) : les cyclistes peuvent légalement faire (à peu près) n’importe quoi et le code-de-la-route-reste-d-application. Impeccable, non ?

Le présent texte est copyleft : vous en faites ce que vous voulez ;-)


[1je me refuse à employer ce mot parfaitement inapproprié en l’occurrence : on ne parle pas de fraude fiscale ou d’employeurs "au noir", quand même...

[2Quelqu’un à les stats des accidents de la route ce jour-là ?

[3Ceci est une estimation subjective