La presqu’île de Waalcheren
25 Km de Knokke à Breskens, puis prendre le bateau rapide vers Vlissigen

Un bref voyage à vélo au coeur de la Zélande, sur la presqu’île de Waalcheren, m’a ouvert les yeux sur la réalité d’une véritable nation cycliste . Les Hollandais ne connaissent pas leur bonheur de jouir d’une mobilité intermodale si parfaitement organisée.

Une région touristique

Waalcharen est en effet un haut lieu du tourisme des Pays-bas : pour les étrangers comme nous mais aussi très fréquentée par les Hollandais des villes. Les installations touristiques, proches de la mer mais toujours derrière une barrière de dunes, ne pulullent pas de voitures surchauffées de soleil comme par chez nous. Pas d’écran sous les pare-brise, pas de planches à voiles sur les toits : les véhicules sont rares, ici, malgré la foule de vacanciers. C’est à se demander où ils les cachents, leurs tacots !

De petites routes parcourent la presqu’île, mais aucun grand axe automobile. L’autoroute parvient à Vlissingen et c’est tout. Le train, lui déssert aussi Middelburg.

tout est prévu pour le vélo

Les liaisons routières -obligatoirement doublées d’une piste cyclable parallèle et séparée par une haie- ne sont pas encombrées, le trafic y est très modeste malgré la grande activité en ces premiers jours d’été.

Au contact des automobiles, c’est la courtoisie à notre égard qui prévaut ; A l’égard de chaque cycliste d’ailleurs. On se dit que certainement ces automobilistes doivent être des cyclistes réguliers, pour être autant attentif aux deux-roues. Il faut dire que tout est signalisé, on prévient tous les risques d’accrochage avec un cycliste, en distinguant les deux trafics, et par une signalisation claire et bien présente.

à zuivre...

mon panneau préféré !
un pince roue efficace ?
Il est en tous cas très répandu.